Une nouvelle qui me fait chaud au coeur

7h30

Le train de banlieu démarre pour m’amener jusqu’au centre-ville de Montréal. Ce n’est pas pour me rendre au travail cette fois-ci. J’ai plutôt un rendez-vous très attendu. Je dois revoir le médecin qui m’a diagnostiqué une péricardite il y a un peu plus de deux semaines. L’histoire incroyable que je vous ai racontée dans un article précédent que vous pouvez relire en cliquant ici.

Ma dernière sortie de course à pied remonte à plus de trois semaines et je ronge mon frein en attendant d’avoir le feu vert du médecin. J’ai avalé mes derniers anti-inflammatoires il y a 4 jours et cette douleur à l’intérieur de la poitrine ne s’est pas repointé le nez. C’est fort encourageant!

9h00

J’entre dans le bureau du docteur, il me fait asseoir. Il analyse les images prises par l’échographie complète de mon coeur à laquelle je me suis soumis il y a une semaine environ. Lors de sa délibération, il scrute également le résultat de la plus récente analyse sanguine; une prise de sang que j’ai dû subir hier matin.

Les structures du coeur ne récèle rien d’anormal. « Tout est beau! » déclare-t-il. Il me montre également l’indicateur de l’analyse sanguine qui montre le niveau d’inflammation détecté dans mon sang. Lors de mon admission à l’urgence, il était de 200 envriron. Maintenant il affiche 10. Un indice que tout est revenu à la normale. De plus, aucun autre indicateur ne démontre une anomalie quelconque dans mon sang (cholestérol, glucose, etc.).


Je suis soulagé! Mais je reste avec un goût amer dans la bouche quand il m’annonce que je pourrais demeurer sensible à l’apparition de futures péricardites.

Il me demande si j’ai fait de l’exercice physique dernièrement. Je lui répond que non mais que je fais beaucoup de course à pied normalement et que je m’apprêtais à faire mon 3e marathon de l’année 2016 à la fin septembre. Il reste bouche bée. Je rigole intérieurement.

Par contre, il m’assure que la pratique d’un sport n’est pas la cause de cette inflammation. Très souvent, comme dans mon cas, la cause est inconnue. Quand elle est connue, la péricardite est souvent due à une infection ou un virus.

Je lui explique que je visais un temps de qualification pour le marathon de Boston mais que je me suis plutôt fixé un objectif beaucoup plus humble. Il me confirme qu’effectivement, un mois c’est un peu aggressif pour espérer faire la distance du marathon si je veux laisser la chance à mon coeur de se rétablir complètement.

Il affirme que je pourrais plutôt m’inscrire au marathon de Toronto car, de toute façon, celui de Montréal n’est pas très beau. Un petit rigolo ce toubib! Haha!

Je vais plutôt accompagner mon frère sur le parcours de son premier demi-marathon à Montréal. Il court à un rythme plus lent et ça sera plus raisonable dans mon cas. Je vais lui servir de lapin personnel en quelque sorte!

Je remercie ce jeune médecin qui est d’une approche à la fois humaine et professionelle avec ses patients. Vraiment! Une perle! De plus, il m’a fourni une documentation détaillée sur la péricardite provenant d’une source médicale reconnue. Le cerise sur le sunday! Parles-moi de ça un médecin qui sait s’adapter à la nouvelle réalité des patients qui s’auto-documente! Il m’a invité à revenir le voir si les signes d’une péricardite réapparaissent.

17h30

Je retrouve le plaisir de la course à pied en savourant un jogging relaxe de 6 km. Je suis un peu trop attentif à toutes les petites sensations provenant de ma poitrine. Je m’en rends compte et je décide plutôt de me détendre et de me concentrer sur ma respiration, ma technique de course et mon environnement.

La température de cette fin d’été est délicieuse et je suis heureux de pouvoir à nouveau saluer tous ces autres coureurs et coureuses que je croise sur mon chemin.

« I’ll be back! ». C’est ce que j’avais affirmé sur Strava. C’est maintenant chose faite et j’en suis très heureux! Cet incident m’a fait réaliser encore davantage la chance que j’ai de pouvoir pratiquer ce sport. Je suis reconnaissant envers la vie d’être de nouveau en santé et j’ai confiance de le rester pour encore longtemps!

« Keep running! Life is good! » 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *